Mayako

mayako_portraitStyliste

Tout commence dans les années 85-86, lorsque Marie-Yukiko accompagne sa grand-mère aux défilés parisiens de Haute Couture. Lycéenne, elle effectue deux stages d’un mois comme « petite main » dans les ateliers Haute Couture de Hanae Mori à Tokyo puis à Paris. Elle participe à la réalisation des merveilles qu’elle voit défiler plus tôt sur les podiums, et c’est là, dans ces ateliers, qu’elle apprend le souci du détail…

Après un détour d’une douzaine d’années dans l’architecture d’intérieur en France et au Japon, Marie-Yukiko s’installe à Marseille, où, portée par l’envie d’habiller elle-même sa fille, elle se souvient de la machine à coudre offerte par sa mère, de ses heures passées à coudre une à une les perles des créations Hanae Mori…

Peu à peu, Mayako germe dans son esprit pour finalement naître en 2011. Destiné aux enfants de 2 à 8 ans, Mayako propose des minis séries et des pièces uniques. Quelques modèles s’adressent aux bébés de 3 à 12 mois. Comme sa créatrice, Mayako est à la croisée des chemins entre l’Orient et l’Occident. Naturellement inspirée par ses origines franco-japonaises, Marie-Yukiko puise ses idées dans ses deux cultures. Mayako offre ainsi un mélange de silhouettes et de tissus issus des deux pays.

Entre deux mondes, Marie-Yukiko a su créer le sien, celui de Mayako.

site internet points de vente

L’atelier

Mayako_atelier

L’atelier se tient au cœur de l’appartement, environ 6m2 dans l’entrée. Il s’articule autour d’un grand plan de travail qui sert de table de coupe, et sur lequel trônent la surjetteuse et la machine à coudre. L’ensemble est encadré de grandes étagères, dans lesquelles sont rangés tissus, pots à boutons, fils, documentations et dossiers.

Quelques dessins et photos égayent ces rayonnages. Les élastiques, biais, fermetures éclairs et autres accessoires et mercerie ont récemment trouvé leur place dans un petit bloc-tiroirs en métal placé sous la table.

Je conserve aussi très précieusement la trousse de couture de ma grand-mère paternelle, trousse qu’elle avait elle-même confectionnée à 15 ans ; mon petit trésor…

mayako_matieres3Chaque petit recoin est exploité, d’un côté, des rouleaux de tissus, une planche de découpe, des sacs de chutes, de l’autre, un portant sur lequel sont suspendus les prototypes et les dernières créations. Les modèles plus anciens sont remisés dans le dressing. Et quantités de boîtes renfermant mille et un trésors s’empilent sous la table.

Je travaille dès que je suis libérée de mes obligations maternelles… Cependant, maintenant que ma fille est plus grande, je m’autorise quelques prolongations, c’est ainsi que l’atelier compte parfois une petite ouvrière supplémentaire ! Plongée dans les chutes de tissus, elle trouve aussi son inspiration !!

Le plus souvent seule dans mon atelier, j’aime écouter de la musique mais aussi les podcasts d’émissions comme le Masque et la Plume entre autres…

site internet points de vente

Les matières premières

mayako_matieres2 mayako_geste

J’attache beaucoup d’importance aux tissus. Je les sélectionne avec beaucoup de soin car, mes créations s’adressent aux enfants, donc la matière doit être confortable et lavable. Ainsi je privilégie les matières naturelles comme le coton, le lin, la soie, la laine, ou le cachemire. J’utilise aussi le coton élasthane très confortable.

En ce qui concerne les tissus japonais dont la qualité de coton et de lin est exceptionnelle, je les trouve directement au Japon où j’ai mes petites adresses… Et aussi parfois de bonnes âmes me font don de leurs fonds de placards… Toutes mes trouvailles sont rangées et stockées dans l’atelier.

site internet points de vente

Les créations de Mayako

Comments are closed.

Leave a comment:

You must be logged in to post a comment.