Gabilise

LISEAuteure de bijoux

L’aventure de la création de bijoux a commencé il y a une dizaine d’années au Niger et elle se poursuit avec la même équipe qui s’étoffe au fil des ans.

Gabilise tient à conserver dans ses bijoux les techniques traditionnelles touarègues du travail de l’argent, le but étant d’allier ce savoir-faire avec des lignes beaucoup plus épurées, contemporaines et personnelles. Elle développe également, dans le même esprit, le travail du cuir et de l’os, qu’elle mêle à l’argent, en travaillant toujours sur place avec des artisans. Les bijoux réalisés sont des pièces uniques, chaque pièce étant fondue, martelée, gravée et polie à la main.

site / points de vente

L’atelier

Gabilise2Les bijoux Gabilise ne se fabriquent que lorsque je pars, au Niger, ouvrir l’atelier. Soit à Agades, soit à Niamey, selon le contexte géopolitique des dernières années.

L’atelier est très simple. Nous sommes par terre, assis dans le sable et les enclumes sont enfoncées dans le sol. Autour, des marteaux, des chalumeaux butagaz, des pinces, des limes, des petits tournevis…L’atelier fait une vingtaine de mètres carrés et nous travaillons une dizaine de personnes. Je crée les modèles et m’occupe totalement de toute la production. J’interviens en permanence pour transformer certains modèles, dessiner les futures gravures, contrôler les poids, la qualité, réajuster ou adapter la technique que l’on va utiliser. Je fais tout le montage, collage, les perles et les plumes en France, à la maison.

Gabilise3

Toute la journée, ça tape, ça chauffe, ça va et ça vient…car l’atelier est un lieu de passage dans lequel les gens s’arrêtent pour deux minutes ou pour la journée ! A certaines heures, des hommes dorment paisiblement au milieu de cette chaleur et de ce vacarme…Il se dégage beaucoup de fumée quand on fond ou que l’on soude, beaucoup de poussière quand on polit,  il fait généralement très chaud. Faire des bijoux pour moi est tout d’abord une sorte d’aventure « familiale ». Un bijou passe de mains en mains selon les pièces, il a donc son histoire. Mais l’histoire se joue également dans l’atelier car j’ai formé certains des forgerons sur quelques années. Des petits du début, je retrouve après onze ans, des jeunes mariés qui ont pris de la stature, de l’assurance et du métier ! Et c’est ma plus grande fierté.

Ce sont ces histoires qui contient chaque bijou et qui le façonne. Pour moi, sa densité est là, car je connais chaque étape, chaque personne, chaque parcours individuel qui l’a amené devant nous. Et puis, il y a la connexion avec la ville, les gens qui me connaissent, les échanges quotidiens sur des années, le lien fort avec ce pays.

Les matières

Gabilise1Gabilise6

La matière principale que j’utilise est l’argent que je préfère acheter en grenaille.

Le cuir que j’utilise est soit tanné à Niamey avec des peaux et des coloris que je choisis avec le tanneur, soit acheté en France.

Les plumes que j’ai intégrées cette saison viennent d’un plumassier breton et je stocke à la maison plein de plumes prêtes à s’envoler dès que j’ouvre la grande malle.

Beaucoup de cordons en coton et cuir, beaucoup de perles de rocailles, de perles de culture, de petites pièces en argent qui me servent pour le montage et que je stocke dans plein de petites boîtes.

site / points de vente

Les créations de Gabilise

 points de vente

Comments are closed.

Leave a comment:

You must be logged in to post a comment.